Plus qu’un moyen d’expression, la photographie s’impose chez Eric Boitel comme un art de vivre. Il photographie les hommes dans des situations empreintes d’une banalité toute quotidienne. Une image qui invite à se déplacer vers elle ; à ne pas rester statique et à aller, littéralement, la « regarder ». Il y a différentes manières de « voir » un portrait : le personnage représenté, l’artiste qui y imprime sa vision, mais aussi sa propre image qui s’y reflète. Le portrait nous regarde comme nous le regardons.

De plus, pour cette exposition, Eric Boitel a réalisé un portrait d’une rue de Saint-Omer. Celle-ci se dévoile à nous, à la lueur des autres œuvres présentes dans la galerie, comme un personnage avec son caractère et ses sentiments.

Banalité ?