Un projet Interreg, avec le soutien du Département du Nord, de la Région Hauts-de-France,  de la Communauté de Commune de Hauts-de-Flandres et de la Communauté de Commune du Pays de Saint-Omer

4 expositions complémentaires du 28 juin au 19 octobre 2019 :
En France :
Noordpeene, la Maison de la Bataille
Hondschoote, la Confrérie du vin
En Belgique :
Furnes, Bakkerijmuseum – musée de la Boulangerie
Poperinge, Hopmuseum – musée du Houblon

Une exposition rétrospective du 29 octobre au 1er décembre 2019, à la Chapelle des Jésuites à Saint-Omer

Le projet se base sur une coopération entre quatre musées thématiques du territoire transfrontalier du Westhoek, dans une volonté de valorisation touristique d’un héritage culturel commun. La présence de musées thématiques est une caractéristique forte de cette région, carrefour historique majeur de l’Europe et porteur d’une identité marquée d’échanges et de dialogues. Un parcours d’expositions présentera le travail de l’artiste Marie Hendriks, réalisé grâce à sa collaboration avec les équipes des musées partenaires. Une communication commune invitera les publics à visiter ces lieux et à redécouvrir leurs racines communes, au-delà des frontières, par le biais d’une expérience innovante d’interaction entre l’art contemporain et le patrimoine. Des actions spécifiques de médiation permettront aux publics d’expérimenter une relation privilégiée avec une artiste et les équipes de musées, renforçant et enrichissant la transmission des savoirs patrimoniaux.

 

De samenwerking tussen vier thematische musea van het Westhoek grensgebied zal het toerisme en het gemeenschappelijke culturele erfgoed valoriseren . De aanwezigheid van vele musea is typisch voor dit grensgebied. Als historisch kruispunt van Europa de is identiteit hier gemarkeerd door de uitwisselingen en  dialogen tussen beide kanten van de grens.  Een kunstparcours voortgekomen uit de samenwerking van de musea zal het werk van de kunstenares Marie Hendriks tentoonstellen.  Rond de vernieuwende  wisselwerking tussen de hedendaagse  kunst en het lokaal erfgoed zal een gezamenlijke communicatie worden ontworpen. De bedoeling is om zo het publiek uit te nodigen om de verschillende musea te bezoeken en al doende de grenzeloze overeenkomsten en  gelijkenissen van achtergrond tussen Vlaams Frankrijk en Vlaams België te herontdekken. Speciale rondleidingen en workshops zullen het contact tussen het publiek , de kunstenares en de musea stimuleren.

Née aux Pays-Bas, Marie Hendriks a fait ses études à l’ENSAB à Bourges puis au Fresnoy à Tourcoing. Elle vit et travaille aujourd’hui entre la Belgique et la France. Depuis 2016, elle collabore régulièrement avec l’espace 36. Son œuvre protéiforme et narratif plonge le spectateur dans un univers exubérant et poétique. Elle développe sa réflexion autour des thèmes centraux que sont les apparences trompeuses, la maison et la sensation d’enfermement, l’émerveillement et les effrois de l’enfance. Riche de son histoire personnelle, elle nourrit ses créations des coutumes, traditions populaires et autres héritages des territoires avec lesquels elle travaille.

La création qu’elle présente à l’occasion de ce projet européen, Sacréfils & Filles, est une série de quatre expositions mettant en scène rituels et cérémonies imaginaires, au sein d’installations mélangeant projections vidéos, éléments sculpturaux et textile. L’artiste c’est librement inspiré des histoires et patrimoine du territoire flamand transfrontalier du Westhoek : le vin sacré, le champ de bataille de Noordpeene, le bonhomme en spéculoos offert à la personne convoitée pour lui faire la cour, ou encore le pantin de paille brûlé, évoquent, comme le jeu de mot du titre, une forme de sacrifice païen.

Geboren in Nederland, Marie Hendriks volgde haar opleiding aan de ENSAB Bourges en later bij Le Fresnoy in Tourcoing. Zij woont en werkt tegenwoordig tussen België en Frankrijk. Sinds 2016 werkt ze regelmatig samen met Espace 36. Haar veelvormige en verhalende werk dompelt de kijker in een uitbundige, poëtische wereld. Ze ontwikkelt haar gedachten rond kernthema’s zoals bedrieglijke schijn, het huis en het gevoel van opsluiting, verwondering en angsten van de kindertijd. Uitgaande van haar persoonlijke geschiedenis voedt ze haar creaties met gebruiken, volkstradities en andere erfenissen van de gebieden waarmee ze werkt.

Het werk dat ze presenteert ter gelegenheid van dit Europese project – Sacréfils & Filles – is een reeks van vier tentoonstellingen die denkbeeldige rituelen en ceremonies tonen in installaties waarin videoprojecties, beeldende elementen en textiel gemengd zijn. De kunstenares heeft zich vrij geïnspireerd op de verhalen en het erfgoed van het grensoverschrijdende Vlaamse streek Westhoek: de heilige wijn, het slagveld van Noordpeene, het speculaaspoppetje dat men aanbood aan de begeerde persoon om haar hof te maken, of de verbrande stropop. Ze verwijzen, net als de woordspeling in de titel, naar een soort heidens offer.